Descriptif du déroulement d’un projet hospitalier privé : La programmation

Date de publication
Descriptif du déroulement d’un projet hospitalier privé : la programmation

La programmation est une mission méconnue dans les PED où la complexité des structures hospitalières, en particulier privées, n’est pas perçue à son juste niveau. Alors que le cumul des demandes médicales conduit à réaliser dans chaque clinique l’équivalent d’un mini CHU, la conception de cet ensemble est traitée comme un hôtel. Elle est de ce fait confiée à un architecte qui se trouve assez vite débordé par la technique. Le corps médical connait sa spécialité, mais rarement la technique environnante et l’architecte se trouve en définitive bien seul avec son projet, alors qu’il subit une forte pression pour réduire les délais d’étude et commencer les travaux.

C’est la meilleure combinaison pour aboutir à l’inverse du but recherché, c’est-à-dire un cumul de retards et une explosion des budgets. L’explication est simple, c’est une question de méthode et de précision des bases de départ. Définir ces bases et les valider avant les études est le rôle de la programmation.

1/ LA DÉFINITION DU PROJET ET DE SES OBJECTIFS

Avant toute chose, il faut savoir de quoi on parle et où on veut aller. Créer un établissement de soin moderne cumule des investissements lourds, ils doivent répondre à un besoin médical identifié. Ce point est précisé car plusieurs expériences montrent que ce n’est pas toujours le cas. Préalablement à la programmation, une réflexion médicale rigoureuse doit permettre de :

  • Définir les activités médicales du projet
  • Définir ses objectifs dans le temps, donc ses besoins futurs en termes de surface
  • Définir sa philosophie, son niveau d’exigence technique
  • Définir son positionnement dans le tissu médical local ou national
  • Définir les moyens associés à cette politique
  • Définir un consensus réel entre les actionnaires du projet
  • Désigner un actionnaire ou une cellule responsable du projet, qui sera sollicitée à plusieurs reprises pour la validation des différentes phases d’étude.

2/ LA PROGRAMMATION

Qui dit programmation dit programmiste. Un seul moyen de faire le tri entre les différents intervenants qui se proposent : les références. Il ne suffit pas d’avoir géré des projets locaux, il faut surtout en avoir géré ailleurs et posséder une légitimité réelle au plan hospitalier. Ceci est essentiel car les responsabilités sont lourdes. En effet, la programmation permet de :

  • Définir les bases fonctionnelles et techniques du projet. Une approche inadaptée le restera pendant des dizaines d’années, générant parfois des risques réels.
  • Définir les bases budgétaires du projet, en intégrant les frais de fonctionnement
  • Remettre à une équipe de maîtrise d’œuvre, architecte et BET, un document de référence qui définit les grandes options du projet et les principes qui devront toujours être respectés. Mais aussi de leur procurer, avec la plus grande précision, toutes les données techniques permettant de progresser rapidement sur les études.

Vécue au départ comme une perte de temps (toujours l’obsession du délai d’ouverture du chantier) la programmation permet finalement d’en gagner beaucoup, tant sur les études que sur les travaux. Tout le problème est d’en faire accepter le principe quand les pratiques locales en ignoraient jusque-là l’existence.

La programmation comporte deux phases principales :

PROGRAMME PRÉLIMINAIRE

Cette mission intervient après que soit défini le projet médical de l’établissement, elle consiste :

  • A valider avec l’investisseur les bases médicales, hôtelières et logistiques du projet pour en cerner les besoins fonctionnels et techniques.
  • A présenter une synthèse de ces entretiens mettant en évidence les besoins et les attentes, pour parvenir à une base conceptuelle de départ qui soit cohérente et définitive.
  • A réaliser un programme préliminaire. C’est à dire à traduire ces données en besoins organisationnels et techniques, exprimés :
    • En tableaux de surfaces
    • En schémas représentant les circuits généraux, les principes fonctionnels basés sur l’application des règles de sécurité incendie, les flux de personne et les flux logistiques.
    • En schémas représentant les circuits au sein de chaque unité
    • En schémas représentant chaque local de chaque secteur, proportionnellement à la surface exacte définie au programme, en y intégrant les principaux équipements.
    • A intégrer les contraintes définies par les règles d’urbanisme pour le terrain, les règles dictées par l’aménageur éventuel et enfin, les contraintes liées au site et aux résultats de l’étude géologique.
    • A présenter cette phase du projet à l’investisseur et à l’adapter jusqu’à validation.

programmation-02

Légende : Schéma d’un programme préliminaire

PROGRAMME TECHNIQUE DÉTAILLÉ (PTD)

Sur la base du programme préliminaire validé, la suite de la démarche permet de réaliser le PTD, ce qui consiste à :

  • Définir les bases techniques du projet.

C’est-à-dire, les puissances électriques globales, la nature de l’éclairage, les niveaux d’éclairement, les dégagements thermiques, le besoin de ventilation de chaque local, les besoins en eau chaude, en eau froide, en eau traitée, selon les secteurs et les spécialités…

  • Définir les bases normatives générales et les règles spécifiquement hospitalières à intégrer dans la conception des locaux et des réseaux, par exemple, la méthode de désinfection de ces réseaux.
  • Définir la taille et les caractéristiques des équipements lourds.
  • Définir les sujétions techniques particulières correspondant aux équipements lourds tels que puissance électrique, charge au sol ou au plafond, alimentation en eau traitée, protection contre les radiations ou les ondes magnétiques.
  • Implanter schématiquement les équipements dans les locaux concernés
  • Définir les principales gaines techniques nécessaires à la circulation des réseaux de ventilation, de plomberie et d’électricité, ainsi que le positionnement des locaux nécessaires aux courants forts et faibles pour chaque niveau.
  • Rassembler toutes ces informations dans un document descriptif détaillé.

Cette phase est essentielle dans la conception fonctionnelle et technique de l’établissement. Elle servira de référence à toutes les étapes d’évolution du projet. Sa précision permet de réaliser un gain de temps sensible au cours des études et d’aboutir très rapidement à une phase APS du projet.

Dans l’idéal, la programmation technique détaillée, pour être pleinement efficace, doit être réalisée en relation étroite avec l’architecte, qui maitrise les données urbanistiques et qui peut, dès la programmation préliminaire, définir son parti architectural.

La mise au point du PTD est alors le résultat du dialogue entre l’architecte et le programmiste. Si le BET sécurité incendie est rapidement associé à ces entretiens, il est possible de réaliser une économie très sensible sur le temps d’étude global du projet.

Bien souvent dans les PED, le programme assure la synthèse des règlementations locales, associées aux règlementations ou normes internationales que le maître d’ouvrage a choisi de respecter.

Le programmiste doit impérativement assurer à ce niveau un devoir de conseil qui permet au décideur de répartir ses investissements en fonction d’une information objective sur les conséquences de ses choix, en particulier pour le traitement d’air des blocs opératoires.

Dans tous les cas, le programme doit répondre :

  • Aux contraintes de gestion des risques hospitaliers,
  • Aux besoins fondamentaux du patient
  • Aux besoins de confort des utilisateurs
  • Aux normes en vigueur localement et au système retenu en complément
  • Aux contraintes de gestion financière, l’objectif étant de concevoir et de réaliser des ensembles qualitatifs au meilleur coût, tant en ce qui concerne les investissements que les frais de fonctionnement, fréquemment sous-évalués.

Schéma d’un programme technique détaillé

Schéma d’un programme technique détaillé

N.B. : Retrouvez dans le répertoire CONCEPTION / ÉTUDES les spécialistes de la programmation hospitalière


Focus mis à jour le 11/01/2017

 

COMPLEMENT HOSPIHUB :

Lire les autres dossiers du Focus technique